Blog

Rencontres à NEUF DE CŒUR (II)

Pour « Close To Me », Léa, Victoria, Mattis, Matys et Théo, un groupe des jeunes du CAJ d’Annequin, ont rencontré et interviewé Théofilo, Enzo, Chloé, Théo, Soni,  Boro, Natacha et Fernado, des jeunes de « 9 de cœur » à Lens.
Léa, Victoria, Mattis, Matys et Théo reviennent ensuite à Culture Commune et reparlent des rencontres de cette après-midi.
Cette après-midi, nous étions à « 9 de cœur », c’est une association qui aide les personnes qui ont des problèmes de logement. Les gens qui sont ici viennent pour quelques semaines ou parfois plusieurs mois ou plusieurs années. Il y a des gens seuls et il y a aussi des familles entières qui ont des appartements.
Pendant les interviews, il y a des questions qu’on n’a pas osé poser.
Par exemple au garçon qui disait qu’il vivait dans sa famille d’accueil et que le week-end il venait voir sa mère qui habitait à « 9 de cœur ». On se demandait pourquoi il ne vivanit pas avec sa m ère, si c’était parce que l’association ne pouvait pas l’héberger ou c’était pour une autre raison. Et aussi il y avait l’autre garçon qui lui habite à ici « 9 de cœur », avec sa famille, et qui a une heure et demie de trajets, en prenant deux bus, pour aller au collège tous les jours. Pourquoi il ne change pas de collège ?  Et aussi on n’a pas osé demandé ce qu’il s’était passé pour qu’ils arrivent dans cette association.
On n’osait pas poser ces questions parce qu’on avait peur de paraître indiscrets. Et ce n’est pas bien de s’immiscer dans la vie privée des gens parce qu’on peut frustrer la personne et elle risque de vouloir arrêter complétement l’interview. A priori, c’est bien de tout dire, mais faut faire attention à la manière de le dire, parce qu’il ne faut pas blesser les gens, on ne sait pas ce qu’ils ont vécu.
C’était étrange d’interviewer des gens qui ont le même âge que nous et de voir que nous avons plus de chance qu’eux. Eux aussi ils mériteraient d’avoir la même chance que nous.
Après les interviews, on a discuté, ils nous ont posé des questions. Ils voulaient savoir ce qu’était le CAJ, alors on a racontait ce qu’on y faisait, et là, ils ont eu envie d’y venir aussi. Ça nous a fait mal au cœur quand un des jeunes nous a demandé vraiment comment faire pour venir au CAJ d’Annequin, parce qu’on a dû lui dire que ce n’était pas possible pour lui, qu’il ne pouvait pas venir avec nous, parce qu’il fallait habiter Annequin, parce que ça passait par la mairie d’Annequin. Et comme il habitat Lens, il fallait qu’il se renseigne dans sa ville. Ça nous a fait mal au cœur.
Mais quand on leur a parlé du « vivre ensemble », ils nous ont tous dit qu’ils arrivaient bien à « vivre ensemble » dans l’association, qu’ils arrivaient à bien s’entendre, que les malentendus étaient vite réglés. Et même que le fait de vivre presque en « co-location » ou en « commun », ça créait des liens d’amitié plus forts qu’ailleurs.

RENCONTRER NEUF DE CŒUR (I)

D’abord, l’entrainement à l’interview, pour les jeunes du CAJ d’Annequin. Culture Commune (Loos-en-Gohelle).

Ensuite, les vraies interviews, à l’association « 9 de cœur » (Lens).

Puis, toujours à « 9 de cœur », on s’attable. Les jeunes interviewés posent des questions aux jeunes intervieweurs.

Et, retour à Culture Commune, les intervieweurs reviennent sur les rencontres de cette après-midi.

« Vivre ensemble », le débat

Ce qu’on en dira le soir :

Le débat sur « vivre ensemble »,  c’était long.  – Le débat c’était bien parce ça nous permettait de mettre toutes nos idées en commun. – C’est bizarre, quand on est au collège, un débat, ça ne marche jamais. Ici ça a marché, on était entre nous et du coup, on était à l’aise, c’est ça qui était super. – Mais le débat était long. – Oui, mais on cherche ensemble. Ça arrive que ce soit long, mais c’est intéressant. On est en train de chercher ensemble. C’est volontaire un débat long, parce qu’au bout d’un moment on se creuse la tête pour aller quelque part.

Quelques moments du débat de l’après-midi dans la salle des ressources :

Vivre ensemble ? – Tous unis, tous solidaires. – Respecter, accepter les différences culturelles, religieuses, physiques, ne pas avoir de préjugés. – Vivre ensemble, c’est passer des moments ensembles, bons ou mauvais. – On peut ne pas aimer une personne, ce n’est pas pour autant qu’il faut la critiquer ou lui faire mal. – À l’école, on apprend à partager, à ne pas se moquer, à mettre des limites, à respecter les règles quoi. – Le problème c’est le harcèlement, le jugement de l’autre qui revient tous les jours, ça devient du harcèlement. On ne s’en rend pas compte tout de suite. Faudrait faire vivre aux harceleurs ce qu’ils font vivre aux autres. – Non, faut pas faire ça, ça fait très mal, il ne faut pas le faire à une autre personne. – Les harceleurs, ils s’en prennent à des plus faibles pour cacher une souffrance qu’ils ont. Se moquer d’une personne plus faible, ça les rassure, ils se sentent plus forts, ils se sentent mieux. En fait, ils ont eux-mêmes des problèmes. – Il faut essayer de ne pas juger.

Vous jugez sur quoi ? – Au premier abord, on va tous se dire des choses, on a tous une manière de juger. On fait tous ça. – On juge sur l’apparence, le physique, la façon de s’habiller, la façon de parler. – Alors, si on a des critères de jugement,  c’est qu’on est aussi concerné par cette histoire-là. – On a tous un côté noir. La méchanceté. Ça se réveille quand on ne se sent pas assez aimé. Ça vient de la jalousie – Un monde harmonieux, ce n’est pas possible, on est tous différents.

Est-ce que réussir à vivre ensemble, c’est réussir à ne pas être d’accord ? – Vivre ensemble, c’est faire un débat sans violence, que tout le monde puisse donner son avis sans être jugé. Un débat ça permet de dire ce qu’on pense, de ne pas cacher ce qu’on ressent, et ça, ça évite de créer des tensions. Faut accepter l’avis des autres.

Qu’est-ce qu’on ne supporte pas chez l’autre ? – Je ne supporte pas qu’on me prenne de haut. Souvent c’est les riches. Ils nous jugent avant de nous parler. – Je n’aime pas les sociétés où on n’a pas tous les mêmes droits. – Je n’aime pas les gens qui veulent toujours avoir raison. – Les riches, ils nous regardent de haut. Ils étalent leur argent. Ils nous méprisent parce qu’on est pauvre. – Ils ont le droit d’avoir de l’argent, mais ils ont pas le droit de s’en venter. – En faisant ça, ils nous méprisent. – Ce n’est pas une histoire de catégorie. C’est une histoire de respect ou une histoire de mépris. – Oui, mais les catégories existent et les riches vivent dans un monde de riches, et ils ont du mépris pour les autres. – Ces catégories on peut décider de ne pas y adhérer. – Oui, mais quand même.

Bon pour la santé

Un pas en avant et on dit une phrase.
Un pas en avant et on répond.
– Moi je pense que le théâtre c’est bon pour la santé.
– Pourquoi c’est bon pour la santé ?
– Parce que ça fait remuer les méninges.
– Moi je dis que c’est plutôt le sport qui est bon pour la santé.
– Pourquoi le sport plus que le théâtre ?
– Parce que le sport on bouge et le théâtre on parle.
– C’est faux. Sur le plateau, on bouge. Au théâtre on peut faire du cirque, de la danse. Et on montre les émotions.

CLOSE TO ME / PART III, jour 1er

Ce matin, ça commence dans la nef (la salle des pendus) de la Fabrique Théâtrale de Loos-en-Gohelle. Il y a 15 jeunes du Centre d’Animation Jeunesse d’Annequin, l’équipe de Culture Commune, l’équipe d’HVDZ. Dans la journée, on passera par la salle de spectacle, la salle numéro 2 (celle des baignoires), la tisanerie, la salle des ressources, on reviendra dans la nef. Présentations, jeux au plateau, danse, repas, grand débat, initiation à l’utilisation de la caméra. 
Et puis, c’est déjà le soir. Petit temps pour un tour de table après cette première journée Close-to-me-Culture-Commune. Alexandra, Lukas, Safia, Clara, Théo, Laurine, Kylian, Mathys, Claudia, Victoria, Camille, Mattis, Justine, Flavien, Léa. Chacun donne son sentiment, c’était du travail et de l’amusement en même temps, j’ai bien aimé la danse, on a fait un débat sur « vivre ensemble » c’était long, le débat c’était bien, la caméra m’a intéressée parce que j’ai commencé à imaginer les interviews de demain et le fait de pouvoir poser des questions comme des adultes, c’était super les présentations parce qu’on a tous dit ce qu’on aimait bien et on a l’impression qu’on va s’en servir et donc que chacun peut amener ce qu’il aime bien dans le travail, on va passer une bonne semaine, ce premier jour ça m’a grave satisfait.
On propose ensuite de ne donner qu’un seul mot pour définir la journée. Ça fuse, géniale, bien, cool, super, expérimentale, théâtrale, grandiose, passionnante, spectaculaire, gigantesque, enrichissante, riche, riche, riche. La journée a été « riche ».

Close to me / Part III.

Vous vous souvenez de Close to me? Mais si, le projet sur le vivre ensemble. Petit rappel : le Grand Bleu nous a invité à prendre part à ce projet qui rassemble trois structures culturelles des Hauts-de-France. Le Grand Bleu donc, à Lille, Culture Commune à Loos-en-Gohelle et l’Espace Jean Legendre à Compiègne sur toute la saison 2018/2019.

Les mots « vivre ensemble » et « humanisme » nous font penser de suite à un leitmotiv des institutions publiques en matière de jeunesse. C’est peut-être le cas, cela veut-il dire qu’il ne faut plus en parler ou surtout, cela veut-il dire qu’il ne faut pas écouter la jeunesse, les adolescents sur ce propos ?
Qu’est-ce que cela veut dire pour eux en 2018 ? Vivre ensemble ? De quoi parle t-on ? A l’heure des #metoo, #balancetonporc, des problèmes migratoires, des attentats, quel est l’optimisme de la jeunesse face aux peurs de l’époque ?
Ces mots sont-ils vides de sens ? Comment imaginent-ils la société dans 10 ans, quelles seraient leurs solutions, leurs visions utopistes ou concrètes pour faire société, pour aller à contre-courant ou renforcer ce qui se passe actuellement.

Cette semaine, l’équipe d’HVDZ est à Culture Commune pour la première semaine de collaboration avec les 15 jeunes du Centre d’Animation Jeunesse d’Annequin. La semaine prochaine, retour à l’espace Jean Legendre de Compiègne pour la deuxième semaine de travail qui se terminera par une restitution, vendredi 22 février à 20h. Pensez à réserver vos places au 03 44 92 76 76 (c’est gratuit!)

Pour commencer, décrocher les étoiles. La veillée dans le Loir-et-Cher, ce sera du 18 au 30 mars 2019.

Jeudi 7 février 2019, à 18h30, dans la salle de l’Étoile de Mondoubleau : Le Cheptel Aleikoum et l’Échalier avaient donné rendez-vous aux Mondoublotiers,  aux Cormenonais et aux habitants de Couëtron-au-Perche.
(Alors, d’après l’internet, les habitants de Couëtron-au-Perche ce sont des Soudaysiens. Oui, la nouvelle commune de Couëtron-au-Perche, ça comprend bien l’ancienne commune de Souday, mais pas seulement, Couëtron-au-Perche c’est aussi Arville, Oigny, Saint-Avit et Saint-Agil.) (Saint-Agil, c’est où il y a, depuis 2004, le Cheptel Aleikoum.)
Il y a eu beaucoup de monde au rendez-vous, on fait un grand cercle de deux rangées chaises sous les étoiles suspendues au plafond. Les veilleurs d’HVDZ racontent un peu : conversations filmés, portraits citations, film-spectacle, blog.  Puis chacun se présente. Il y a des gens de toutes les « communes du territoire ». Il y a des personnes qui sont là depuis toujours, d’autres depuis 15 ans, d’autres depuis 5 ans, d’autres depuis trois mois. Et puis, il y en a qui habitent juste de l’autre côté des frontières du territoire de la veillée (ah, les frontières), à Choue par exemple. Et puis, il y en a qui habitent encore plus loin, de l’autre côté de plus grosses frontières, carrément dans la Sarthe. Mais chacun est là parce qu’il se sent concerné par ce qui se passent « ici » (et les frontières ne tiennent plus vraiment).
Aux dires de beaucoup de personnes à la fin de la soirée, cette réunion est déjà une réussite, elle a même « quelque chose d’émouvant ». Parce qu’elle a rassemblé des gens qui d’habitude ne se parlent pas, des gens qui se croisent sans se connaître. Des gens qui n’ont pas les mêmes modes de vie, qui n’ont pas les mêmes préoccupations, qui ne font pas les mêmes choix de vie. L’endroit de rencontre ce soir-là, c’est un désir de chacun d’être un peu de la veillée « CAP-MDB-CMN » (Couëtron-au-Perche-Mondoubleau-Cormenon).
Et puis, après la réunion, on boit un verre, on parle, toujours sous les étoiles. Cette soirée avait pour but de préparer la veillée qui commencera le 18 mars. Mais on dirait bien que la veillée a déjà commencé, ce 7 février.
À bientôt.

Depuis Cirqu’Conflex – vision d’un animateur magie et cirque

Lorsque je me suis présenté aux autres dans la salle de cours aérien, j’en suis vite venu à parler de la différence de réactions d’un public qui regarde un magicien ou un jongleur.

 En effet, dans le cas où un jongleur fait tomber un massue, le public est déçu et va l’encourager avec des applaudissements pour qu’il renouvelle sa tentative. Dans l’autre cas de figure, si un magicien laisse percevoir une maladresse, cela procure la joie des spectateurs qui vont instinctivement se mettre à rigoler.

Mes orientations professionnelles m’ont progressivement amené vers l’art du clown où j’ai pu reclasser   » le raté du magicien » dans le jargon clownesque sous le titre de  » L’accident » .

C’est devenu une base de jeux essentiel dans la création de mes spectacles. 

exemples:

-Pour rendre quelque chose plus spectaculaire, il peut être utile de raté les deux premières fois ( maximum). Au troisième essai, la performance est alors plus perçue comme un triomphe.

-Lorsque les performances techniques se déroulent avec brio, afin de ne pas juste être démonstratif et dans le but provoquer des rires, au moment où je reçois les applaudissements je joue un état de fierté tellement poussé que cela m’amène à un déséquilibre, ou dans un mouvement rapide et soit disant spontané à cogner quelque chose d’autre pour provoquer l’accident.

… Le déséquilibre c’est ce qui fait rire et c’est aussi ce qui nous fait avancer.