Blog

Les rochers bretons sont beaux comme dans un roman de Victor Hugo

Quelques douleurs par ci par là, mais rien de grave. Ça tourne ! Hier soir, nous étions à la CCAS de Fouénant. Du monde, toujours du monde. On a de la chance. On joue quasiment tous les soirs à 21H. Les gens arrivent pile à l’heure, en nombre. Tous les soirs avant le spectacle, on fait une mise en train, physique et technique. On s’échauffe et on vérifie les micros et les emplacements de lumière. On a de nouveau changé la console son. On se sert d’un petit matériel acheté pour le spectacle déambulatoire de la cité des Provinces, et qui était utilisé par Martine C., lors de son intervention à la maison des jeunes de Lens, rue Léon Blum. Nous sommes dans le Finistère et dès demain nous rejoindrons le Morbihan. Il fait gris mais c’est très agréable d’être ici. L’hôtel s’appelle le Relais du Henvez, pas très loin de Bénaudet. On dort dans le même hôtel deux nuits de suite. Ce soir, on joue à Trégunc avant Baden demain soir et Mesquer jeudi, puis Sarzeau . La tournée coule jusqu’à vendredi soir à Sarzeau (qu’on n’arrive pas à avoir au téléphone). Hier soir des gens qui ont vu le spectacle à Trégastel sont revenus à Fouénant. Ce matin, un petit tour de promenade dans les environs s’impose à nous. Les organismes commencent à se rebeller.

Sur la route

Lanion, Trégastel, c’est déjà hier. On quitte ce jour Arcadia (l’hôtel) pour descendre vers le sud de la Bretagne. On a bien profité de sa journée off pour se changer la tête et se reposer. En route pour de nouvelles aventures. On est inscrit sur la liste qui s’appelle rue. Les artistes sont en colère à cause de l’ annulation, par le Préfet et la mairie, d’un spectacle à Chalon/ Saône pour des raisons de sécurité. Mais le festival a lieu. Pedro Garcia, qui dirige le festival, a décidé de renoncer à ses fonctions et laissera sa place à quelqu’un d’autre dans les mois à venir. Le prochain grand festival de l’été a lieu à Aurillac, dans le Cantal, dirigé depuis fort longtemps par Jean Marie Songy qui avait pris la suite de Michel Crespin, grand inventeur-passeur des Arts de la Rue d’aujourd’hui et de l’école de la FAI ARt, à Marseille. Il était associé à ses débuts à Fabien Janelle, à la Ferme du Buisson de Marne la Vallée. Nadège Prugnard habite à Aurillac et propose ses spectacles dans les rues d’Aurillac à l’occasion du festival.

Nous nous sommes donnés rendez-vous à 10h pour embarquer dans nos véhicules, en direction de Fouénant. On joue ce soir à 21h. Jérémie, notre vidéaste et technicien nous quitte après demain pour se rendre à Athènes avec Julien Gosselin, où ils vont jouer 2666 qu’ils ont créé récemment à Avignon.

Trégastel-Lanion

On est venu plusieurs fois jouer au Carré Magique de Lanion : Les Sublimes et Base 11/19. A l’époque de Roger Leroux et de Philippe Legal.

Nous sommes logés à l’hôtel Arcadia en périphérie de la ville. Les lits sont grands et les chambres sont grandes.

Hier nous étions au CCAS de Trégastel, sous chapiteau. On a eu bien du monde. C’était fort agréable. Les techniciens-magiciens de la compagnie ont fait des miracles parce qu’il y avait de l’écho sous le chapiteau mais grâce à une disposition astucieuse du matériel son (et lumière), nous étions parfaitement audibles. Tous nos amis du CCAS de Trégastel étaient contents de notre passage. Nous avons bu des bières, du cidre et des boissons gazeuses, jusque après minuit, en discutant de l’engagement culturel de qualité des CCAS, depuis toujours,. Comme après chaque représentation, une conversation animée d’une vingtaine de minutes a eu lieu avec le public. Ensuite très vite nous avons démonté le décor pour le ranger dans le camion. Et nous sommes rentrés à l’hôtel Arcadia, au sein de la cité commerciale de Lanion,  pour nous effondrer sur notre lit et dormir (pour ceux qui parviennent à trouver rapidement le sommeil après une journée mouvementée).

Aujourd ‘hui, journée off, certains louent un catamaran pour voguer sur les mers de Bretagne tandis que d’autres iront goûter aux saveurs du centre ville. Demain Fouénant. Plus bas vers le Morbihan.

Arrivée à Lanion-Trégastel

2 jours sur place puisque demain journée off. On en profitera pour respirer l’air iodé breton. Hier nous étions en Normandie, au CCAS de Auberville. On a eu bien chaud mais tout s’est bien passé. Belle discussion avec le public et avec Michel, le patron et Mathilde, l’animatrice qui nous a accueillis au centre. Du monde au spectacle, quelques allers et venues mais rien de grave, puisque les gens qui sont sortis auront au moins vu une demie heure du spectacle. Chaleureusement accueilli, on a fait l’objet, après le spectacle de beaucoup de questions. Pour finir, on a partagé le verre de l’amitié dehors devant le bar. L’animateur des échecs nous a donné un sacré coup de main pour le démontage. Une heure et demi de démontage. Le spectacle pèse son poids de projecteurs et de pieds lestés. Ce matin 3H30 de route pour arriver à Trégastel. Ce soir on joue sous une tente. La Bretagne est très touristique, il y a un monde fou sur les routes. On voudrait faire autant de monde ce soir au spectacle. Mathilde, l’animatrice de Auberville nous a questionnés sur la manière de faire le spectacle et sur les gens qu’on rencontre pendant nos Veillées. Elle étudie à l’école des Beaux Arts de Dijon et projette un oeuvre-performance qui relierait l’école des Beaux Arts de Dijon à Estampes (à côté)  dans l’ Essonne.

C’est la tournée

On quitte Merlimont à l’aube. La soirée s’est bien passée. Une quarantaine de personnes a assisté au spectacle. Damien, qui est animateur au centre, est allé une heure avant le spectacle avec un mégaphone parcourir les allées du camping, pour appeler les gens à venir au spectacle. On a reçu un très bon accueil. Après le spectacle, à la buvette, on a trinqué avec de la limonade du coin et des jus de fruits. On a longuement parlé avec les responsables du centre et quelques spectateurs. On a parlé du film Le petit quinquin qui a été tourné dans le Boulonnais, pas très loin d’ici. Les avis sont partagés. Les boulonnais trouvent ce film très méprisant pour la région.

On a tous donné un coup de main pour le démontage. On a l’impression qu’on va plus vite que l’année dernière et c’est tant mieux. Demain nous jouerons près de Rouen, en Haute Normandie. Après Rouen, Trégastel. En Bretagne.

On va à la mer

Une camionnette, une petite voiture de location (une Jeep) et en route , à nous les CCAS, centres de vacances d’EDF ! Pour un petite dizaine de jours. On joue un soir sur deux. C’est La Brique ! Demain Merlimont (on aura sans doute la chance de voir les parents de notre collègue, Marie, qui habitent à Boulogne sur mer, dans les environs de Merlimont). Ensuite on descend, et on joue en Normandie. Et en Bretagne. Y a fort longtemps, on a joué à St Brieuc, au festival qui s’appelait ARt Rock,  avec le spectacle, On s’aimait trop pour se voir tous les jours, en première partie de Keziah Johns. C’est un formidable souvenir. Un monde fou, un public rock and roll et un spectacle furieux. On était super fier de jouer là-bas quelques années après la troupe argentine et aujourd’hui mythique, de la guarda. Tu t’étonnes qu’on soit un peu fêlé (ou beaucoup) après des années à essayer toutes sortes de choses, des spectacles hybrides, des spectacles de textes, des spectacles en co-construction avec les publics, des spectacles de cirque, des errances dans les rues à dire qui on est et ce qu’on fait pour que les gens viennent dans les salles des fêtes, les cinémas, les chapiteaux, voir les Veillées qui racontent les gens d’une ville, d’un quartier, d’un village, d’un hôpital, d’une maison d’arrêt, d’une usine…. Ce soir on dort à Berck-Plage. Dans le temps, à Berck, il y avait une grande équipe de basket. A Denain, aussi.