Blog

Ce que ça vous rappelle

Quel beau spectacle que Trouble, à Paris, à l’Espace des Turbulents, 12 boulevard de Reims, près du métro Perreire ! Ça joue encore aujourd’hui et demain ! Il faut y aller ! C’est choral, c’est très émouvant, touchant et drôle ! C’est parfaitement réussi ! Deux jours après l’avoir vu, ça résonne encore en soi comme une symphonie, c’est Finlandia de Sybeluis.

En piste

A Paris, au chapiteau des Turbulents comme à Wulverdingue, on est dans les starting-blocks. Demain, à l’heure qu’il est, tout le monde se rassemblera et on vérifiera si tous les accessoires sont à la bonne place, quelques dernières touches de maquillage et on fera des exercices d’échauffement. Puis on se prendra dans les bras pour se donner du courage. Le public prendra place et le spectacle pourra commencer…

On ne va pas à Châlons cette année

On a vu Lucien F. en répétition pour son nouveau spectacle Wulverdingue ; c’est de la balle. Trop bien déjà. Je te dis pas quand ce sera fini. Et cette semaine c’est l’éclosion de Touble avec la Cie Turbulence, à Pan Am, du côté du métro Perreire, avant d’arriver à Levallois-Perret. A  se souvenir de ce qu’on avait vu en juin, ça va cartonner. Ça joue en fin de semaine, dès jeudi soir. Va y avoir du peuple. Les Turbulents ont fait une méga communication. De notre côté, on en a parlé autant que possible. Sur le site, les news letters, le blog… De bouche à oreille. Faut passer par les réservations si on veut de la place. Ça va se bousculer aux portillons. Pour toutes celles et ceux qui ne sont jamais venu.e.s aux chapiteaux des Turbulents, c’est l’occasion ou jamais de découvrir un lieu magique. On y est accueilli avec beaucoup de convivialité dans une structure hors du commun. Donc, c’est à ne pas rater. Tout comme les prochaines dates de la compagnie, pour les Veillées ou Wulverdingle ou encore No Border (lecture par Nadège Prugnard en fin de semaine à la scène nationale de Cergy) et Close to me. A suivre de près sur le site. Bises.

No Border, Go !

Les journées du patri-matrimoine sont passées et la présentation de saison de Culture Commune aussi. Il y a un certain nombre d’années nous avions présenté un premier essai de la Brique, lors de ces mêmes journées du patri-matrimoine qui n’avaient pas lieu le même jour que l’ouverture de saison de Culture Commune. On rejouera La Brique cette saison dans les alentours de Nevers avec la maison de la Culture de Nevers. Pas très loin du local des Metalovoices, qui sont installés dans le Nivernais (leur région  d’origine) depuis qu’ils ont cessé de tourner. Nous avions travaillé avec les Métalovoices pendant un an ou deux, tout au début d’Hvdz. Hier et avant hier nous participions à l’ouverture de saison de C.C sur la Base 11/19 de Loos en Gohelle. Nous avions préparé un montage, un spectacle d’une demie-heure sur la création de No Border.

On dirait du Carver

Moi, personnellement, Gu.
Perso, c’est chaud.
Que faire ?
On va bien voir si ça se calme.
On va faire attention au burn out. Ça prévient pas. C’est comme une crise cardiaque. (On n’en est pas là non plus (pour le burn out, pour la crise cardiaque, c’est autre chose (en ce qui la concerne on ne décide absolument de rien) mais faut prendre des précautions)
C’est pas possible d’avoir l’impression d’être de travers et de tout faire de travers en permanence (c’est pas d’aujourd’hui non plus, faut rien exagérer : c’était déjà le cas au Ballatum. C’est une bonne névrose (point barre).
On va retourner voir le toubib.
Charité et care, c’est la même racine en anglais.
Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Rachid Taha im Hintergrund, lausche ich den Anbruch der Nacht.

G.A

Bondy Blog

Juste avant les dernières vacances de printemps, Marie-Pierre était préoccupée. Cette assistante scolaire en lycée à Provins (Seine-et-Marne) n’allait plus voir son élève pendant deux semaines. « T’inquiètes pas, je vais chez des potes », lui a écrit, rassurant, Abdallah par SMS. Le jeune Egyptien de 19 ans dormait pourtant dehors depuis trois mois, souvent dans des squats. La raison ? En janvier 2018, le Conseil départemental de Seine-et-Marne a décidé de cesser sa prise en charge de son contrat jeune majeur. Conséquence : plus d’hébergement ni d’aides sociales pour le jeune homme qui finissait pourtant sa formation en CAP de carreleur-mosaïste. Ce texto est le dernier d’Abdallah à Marie-Pierre avant qu’il ne soit tué le 2 mai 2018.

CAP, cours de français et rêve d’intégration

Abdallah fait partie de ces milliers d’Africains, jeunes et moins jeunes, à espérer une vie meilleure au nord de la Méditerranée. Arrivé clandestinement d’Égypte en France en septembre 2015, il a quitté pays, famille et amis alors que ses parents refusaient son départ. Un peu plus d’un an après son arrivée, le jeune mineur est placé sous tutelle de l’État en décembre 2016 et confié à l’association « Espoir Centres familiaux de Jeunes » (Espoirs- CFDJ) à Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne). L’éducation nationale lui choisit un avenir de carreleur et l’inscrit en CAP au lycée professionnel Les Pannevelles de Provins. Il y découvre l’internat et s’inscrit aux cours de soutien avec Marie-Pierre.

Dix heures par semaine pendant un an et demi, Abdallah a appris à écrire, à lire et à parler français avec d’autres jeunes migrants. Abdallah était un élève sérieux, assidu et bosseur. Cette année, il l’a validée avec 15,8 de moyenne. Il s’appliquait « avec une extrême politesse, avec le respect des anciens et du savoir » se souvient Marie-Pierre, encore retournée par ce qui est arrivé. Elle a conservé précieusement les discussions et les photos de son élève.

Abdallah ressemblait à tous les garçons de son âge. Du haut de ses 1m75, il posait en jeans troués, tee-shirt et baskets de marque usées devant la Tour Eiffel, les doigts en signe de victoire. Brun aux yeux marrons, les cheveux rasés sur le côté, il domptait avec du gel ses mèches bouclées du dessus, parfois en crête ou totalement aplatis sur le coté. Le sourcil gauche, lui, toujours rasé d’un trait. Sa peau mate semblait résister à la grisaille parisienne, son sourire aussi.

Abdallah Allouch @DR

Le département de Seine-et-Marne refuse d’appliquer une décision de justice

Mais en janvier 2018, sa situation s’est subitement dégradée avec la suspension de sa prise en charge et son expulsion de son foyer. Selon le chef de l’exécutif du 77 de l’époque, Jean-Louis Thiériot, qui a quitté le conseil départemental pour siéger à l’assemblée nationale, sa situation ne relevait plus d’un accompagnement éducatif par l’aide sociale à l’enfance en raison de la majorité du jeune homme. Il s’est donc retrouvé à la rue dès le 22 janvier dernier, dans « un état de vulnérabilité physique et psychologique (…) qui affectait son parcours scolaire », écrit le tribunal de Melun dans son ordonnance.

Le 21 mars 2018, la juridiction a ainsi annulé la décision du département le contraignant à maintenir la prise en charge du logement d’Abdallah et de ses besoins alimentaires et sanitaires jusqu’à son diplôme en juin 2018, une décision confirmée par le Conseil d’Etat le 13 avril 2018.

Ordonnance du tribunal de Melun du 21 mars 2018 annulant la décision du Conseil départemental de Seine-et-Marne et l’assignant à reprendre la prise en charge du contrat jeune majeur d’Abdallah Allouch

 

La logique est simple : aider ces jeunes coûte de l’argent et ils ne veulent pas en dépenser pour eux

Mais le département de la Seine-et-Marne ne veut rien savoir et ne l’applique pas. C’est sa nouvelle politique depuis un an : suspendre l’aide à l’enfance aux étrangers tout juste majeurs. « La logique est simple : aider ces jeunes coûte de l’argent et ils ne veulent pas en dépenser pour eux », explique Marie-Pierre. Et de fait : le président du Conseil départemental de Seine-et-Marne assume complètement sa politique malgré la négation d’une décision de justice : « Je ne veux pas renoncer à des dépenses liées aux retraités ou aux handicapés de Seine-et-Marne. Si, demain, je suis obligé de mettre des millions d’euros dans les MNA (mineurs non accompagnés, ndlr), je devrais renoncer à d’autres choses », indiquait Jean-Louis Thiériot en séance au Conseil départemental de Seine-et-Marne.

Assassiné le 2 mai 2018 dans un squat

Accompagné par quelques travailleurs sociaux, Abdallah s’est battu pour retrouver son contrat jeune majeur, en vain. Désemparé, le jeune homme a sombré. Il ne mangeait plus beaucoup.  « Il s’est retrouvé à la rue au mois de janvier, souvenez-vous de la météo à cette époque, se remémore la directrice du placement familial de Tournan, Marie-Geneviève Durand qui s’en occupait depuis deux ans au sein d’Espoir-CFDJ . Il n’a eu que quelques jours de préavis avant d’être mis dehors. La majorité des jeunes à qui cela arrive sont complètement désemparés et ne comprennent pas. Ils se demandent ce qu’ils ont fait de mal, on en est là ! Mais ils n’ont rien fait de mal ! »

Au mois de mars 2018, un marchand de sommeil a accepté de l’héberger dans un squat du centre-ville de Melun, rue Gaillardon, en échange de quelques billets. Il partageait la pièce avec une jeune fille de 16 ans qui venait de fuguer. Abdallah y a été retrouvé mort poignardé en cette fin d’après-midi du 2 mai 2018. Il avait 19 ans. L’enquête pour homicide volontaire est toujours ouverte.

Est-ce que les choses auraient été différentes pour Abdallah si son contrat n’avait pas été interrompu ?

« Je n’accuse personne, mais le constat est amer, juge Maître Vanina Rochiccioli qui a défendu le dossier d’Abdellah contre le département de la Seine-et-Marne. C’est difficile de ne pas s’interroger, de ne pas se demander si les choses auraient été différentes pour Abdallah si son contrat n’avait pas été interrompu. Nous sommes  face à un problème qui concerne énormément d’autres jeunes dont beaucoup ne vont pas devant les juridictions »

Son corps a été rapatrié en Egypte deux semaines après sa mort par l’ambassade après une cérémonie qui a rassemblé le 19 mai près de quarante personnes à Corbeille-Essonne.

La famille recevra bientôt son diplôme de carreleur. Marie-Pierre, elle, repense encore à ces conversations par SMS : « Je ne vais pas bien, ma famille me manque », lui avait écrit Abdallah mi-avril. Elle lui conseilla de réfléchir si son avenir n’était pas en Egypte là où se trouvent les gens qui l’aiment. « Tu as raison Marie-Pierre, je vais réfléchir », avait-il répondu.

Nesrine SLAOUI

Zelda, viens vite !

On enchaîne les réunions. On attend avec impatience l’arrivée de Zelda qui va permettre d’alléger le travail énorme de logistique qui pèse sur les épaules de Marie. On lui a d’ailleurs demandé (à Marie) de poser des journées de récupération puisqu’elle enfile des semaines de labeur sans une seule journée de pause. A ce compte là, on risque de ne pas arriver jusqu’au bout de la saison. Après le repas de midi, on s’est penché sur les plannings et sans Zelda, on s’est vite rendu compte que la chose est infaisable. On a besoin de renfort. Dans dix jours Zelda sera là. Dans un premier temps, on a lui a proposé trois journées de travail par semaine mais si cela ne suffisait pas, on lui demandera si elle peut venir quatre ou cinq jours. La particularité des fiches de poste des salariés d’Hvdz, comme Marie, c’est la multiplicité et les différences de taches à accomplir. Production, technique, diffusion, médiation, rédaction de projets, logistique, organisation de réunions, conduite de réunion, faire les Veillées, les préparer, et à l’occasion être actrice. Il faut tout connaître de la compagnie hormis les finances dont s’occupe Gilbert et la plus gros de la technique dont s’occupe Christophe Guilloteau.