Blog

Audrey!

On continue Eperlecques à Avignon, le public aime toujours autant. Un peu moins de monde car la grosse semaine est passée mais nous tenons toujours bon! On se fait des nouveaux amis, on retrouve des anciens amis. Audrey dont parle Lucien dans le spectacle est venue voir Eperlecques aujourd’hui et ce fut d’émouvantes retrouvailles pour Lucien, il a revu son amoureuse du collège tout de même.

On continue nos 5 tibétains tous les jours, on est fiers d’être aussi persévérants. Sylvie nous a encore envoyé un cadeau hier – merciiiii Sylvie! Mais plus de cadeaux depuis deux jours de notre expéditeur mystère – on s’inquiète…

Allo Maman, Bobo(s)!

A Avignon, y a des bobo(s), des gens et des petites blessures: on a chaud, on a soif, on a faim, on glisse, on s’agrafe les doigts, on trouve le temps long, et puis, on est content aussi. Le spectacle marche bien, Lucien a été interviewé par France Inter aujourd’hui (diffusion mardi prochain), on a eu du public, tout le monde est heureux et on boit un jus de gingembre pour fêter cela. L’équipe est bienveillante, Marie a même gardé le chien Saucisse d’un spectateur en détresse. Le chien était vieux et puant mais ils se sont bien entendus. On a pas encore eu le temps de rentrer voir l’état de notre boite aux lettres mais on espère bien avoir des petits cadeaux pour finir la journée en beauté. Catherine, la maman de Lucien a tracté ce matin avec nous, à la sortie de la Violence des riches. On verra demain si ses efforts seront fructueux. Nous sommes ravis d’avoir deux nouvelles mains parmi notre équipe de choc , délichoc.

Aujourd’hui, nous avons enfin réussi à voir des spectacles. F(l)ammes et Un ami qui ne m’a pas sauvé la vie. Catherine n’a pas tout compris mais c’est normal, c’est Avignon, c’est le théâtre, c’est la fin de l’année, la moitié de l’été, c’est the place to be, on est d’accord, on est pas d’accord, on est programmé, on est pas programmé…Ce soir, c’est poulet-coco et gros dodo!

Pensée à celles et ceux qui nous manquent…

Encore un très bel article sur Eperlecques dans les Trois coups. Aujourd’hui, on attend encore pas mal de spectateurs. On est fatigué mais heureu-se-s! Et puis, un Vlogueur a fait une réunion sur nous.

Je vous la mets ici: https://youtu.be/n-Y_MDGOhm4.

Et puis, on a encore reçu des cadeaux: des fleurs séchées, une carte de bons voeux et des mars…On attend la suite. On pense à vous parce que nos ami-e-s, collègues et familles nous manquent un peu (et puis notre chat aussi).

« Éperlecques », de Lucien Fradin, Présence Pasteur, à Avignon

Qu’est ce que ton baiser, le sais tu ? Un lèchement de flamme

Plus rien n’arrête Eperlecques, à Avignon. Et c’est extra. C’est que, sur place, on est tous les jours au front (ou au coeur) de la bataille. Pas un jour sans tracter, sans aller vers les un.e.s et les autres des festivaliers, des professionnels, des spectateurs, pour leur indiquer la direction de l’Espace Pasteur. Avec humour, gentillesse et bienveillance. Au résultat, le spectacle a été vu par des centaines de gens depuis les début du festival.

C’est la troisième fois qu’on vient jouer dans ce lieu, dans la même salle. J’m’excuse, la Brique, Eperlecques. La première fois en 2001, la fois dernière, en 2014 et cette année, en 2O17. Allez, allez, allez ! Encore une dizaine de jours, autant ou un peu plus de dodos et c’est les vacances ! Après une saison des plus chargées et avant la prochaine qui s’annonce bien pleine.

Vite filons au large, sur les îles Marquises ou à la Réunion.

Une réunion avec la Réunion…

Lectrices, lecteurs du blog, nos articles sont de plus en plus courts et vous attendez certainement plus de nouvelles de nos différentes aventures, ici, dans le Vaucluse où tout est rouge. Bah oui, mais lectrices, lecteurs, nous sommes fort occupés. Nous oeuvrons donc à sortir Eperlecques du jeu. Hier, nous avons encore tractés comme des oufs-malades, nous avons eu un article « coup de coeur », nous avons eu une quarantaine de spectateurs, nous avons eu une réunion d’une heure et demie avec le CDOI du Grand marché à la Réunion pour la préparation de plusieurs projets (on vous en dira plus quand tout cela sera certifié conforme ;), nous avons subi le mistral à la billetterie, nous avons longuement parlé avec les personnes du département du 62, etc, etc, etc

Mais bref, comme je sais, que ce qui vous intéresse vraiment, ce n’est pas cela mais les deux questions suivantes:

Où en sont-ils de leurs 5 tibétains? Et bien, ils continuent tous les jours. Lucien sent des « petits muscles qui n’existaient pas avant », François dit: « c’est vraiment très sain entre deux clopes » et Marie a l’impression d’avoir des cuisses plus musclées mais elle sait que ce n’est pas vrai.

Où en sont-ils avec leurs courriers mystères? et bien, ils continuent d’en recevoir: l’expéditeur-trice-mystère a encore frappé: on a reçu des bonbons piégés. Nous n’avons pas encore percé le mystère…

Sylvie d’Etampes nous a envoyé aussi un super cadeau: un roman-photo hilarant qu’elle a confectionné de ses petites mains. ça nous a rendu joyeux!!!

Encore et encore…

ça continue…Eperlecques, ça commence à bien faire parler! On a beaucoup de professionnels qui viennent. Aujourd’hui, il y aura aussi beaucoup de public apparemment. Lucien et Marie continuent de tracter le matin même si cela les fatigue un peu. C’est dur de tracter, on met en place des stratégies et souvent, cela ne marche pas et puis, parfois, on touche là où il faut! On se prépare à l’instant même à repartir tracter. Puis, après la routine: direction Pasteur, on ouvre la billetterie, on accueille les pros et le public, on joue, on parle à la fin du spectacle, on compte les spectateurs, on remplit son petit tableau excell et puis, on attend un peu et on enchaine avec les Fouteurs de joie.

Aujourd’hui, c’est férié. Alors on sait qu’on ne recevra pas de cadeaux par la poste aujourd’hui. On est impatient d’être samedi!!!

Lendemain de relâche, on y croit !

Après une belle journée de repos hier, pendant laquelle nous avons assisté à une très belle lecture de Nadège Prugnard, avant de partir au Pont du Gard emmené.e.s par notre amie Mourad, nous sommes de retour, et en pleine forme !

Et aujourd’hui : gros succès. La salle est presque pleine, le public se laisse convaincre, et finalement applaudit pendant trois rappels. Nous sommes à présent en terrasse, faisant les comptes et répondant aux mails préparant la semaine prochaine, et il faut le dire : heureux.ses.

Certes, nous avons toujours un peu trop chaud, surtout Marie aujourd’hui, mais nos corps nordistes s’habituent peu à peu à la chaleur du Sud. A l’appartement, nous commençons à maîtriser de mieux en mieux les ventilateurs. François prépare en ce moment le repas de ce soir : des pâtes aux brocolis.

Le cadeau postal d’aujourd’hui : un livre de citations utopiques. De quoi maintenir notre bonne humeur au zénith.