Blog 04/12

« sans la drogue, j’y suis indifférente »

L’angoisse du dimanche soir qui fait suite à l’angoisse du dimanche matin. De tous les matins. Quand on est rentré de Wattrelos, jeudi soir, sur Arte sûrement, était diffusé un reportage sublime sur Amy Winehouse. A craquer. Bouleversant. Du début à la fin. Elle est dans ce reportage infiniment belle. Sur la scène ou dans un bar, sous les flashs des photographes, les lumières artificielles des caméras, la nuit. Elle est belle dans ses amours, dans sa musique. Elle est belle dans sa souffrance, sa fatigue incommensurable, sa tragédie.
A Belgrade, devant des dizaines de milliers de spectateurs, au cours d’un grand festival de musique, elle s’approche du micro, dans un silence assourdissant, elle cherche son énergie très loin au fond d’elle-même. Rien ne vient. Le silence se dilate, des cris viennent du public. On a l’impression que ça crie en elle. Elle est à bout de force, elle est épuisée, elle ne chantera pas. Elle va et vient sur la scène comme si elle cherchait quelqu’un, quelque chose. Elle se tourne vers un des musiciens, puis s’assoit sur une enceinte de retour, la tête dans les mains. L’attente est longue, interminable. On se dit, pourquoi personne ne vient vers elle ? Enfin, les lumières s’éteignent sur la scène.
Elle n’aura pas chanté, ce soir-là, devant des dizaines de milliers de gens qu’Amy Winehouse faisait chavirer. Avant que la vie et ses angoisses ne la détruisent.

Blog 03/12

On remet Du ketchup dans les hamburgers

Après des journées chaotiques, nous reprenons en main notre blog quotidien. Tous les jours, tous les soirs, on va à Wattrelos, répéter le spectacle avec les ouvrières de La Redoute et Hvdz, en production déléguée des Tréteaux de France. Tout se passe merveilleusement bien. On comprend mieux ce que veut dire, être dans l’éternité du présent. On est bien là, on cueille le jour (tous les soirs).
Marion, l’amie de Marie, qui enseigne les gender studies, à l’université de Lille III, est venue au 11/19, jeudi dernier, invitée par Hvdz, pour parler du genre et de tout ce que, politiquement, ça révèle et bouleverse. S’en est suivie une conversation passionnante et passionnée. De la belle ouvrage !
La semaine dernière, nous avons présenté un travail à Paris, chez et avec les Turbulents. Une présentation très réussie, puisque les gens en sont ressortis très touchés, n’ayant pas manqué non plus de rire à ce spectacle qui mélange des choses graves et  beaucoup d’humour. Guy a dû s’absenter cette semaine-là, à cause d’un revers de santé. Nadège est à Calais et s’occupe de l’atelier de la Fabrikka, au Channel. Elle prolonge les expériences et la réflexion sur l’Utopie, au travers de textes, de discussions et d’improvisations. La semaine prochaine, on enchaîne à Wattrelos et on intervient à la la fac d’Arras. Dimanche, en huit, c’est le grand départ, pour Etampes et l’hôpital psychiatrique. Sans oublier tout le travail réalisé, en continu, par Marie, Gilbert, Antoine et Anne à l’école de la cité cinq de Loos en Gohelle et à l’administration et la production de Hvdz.

Blog 22/11

Au menu de la semaine…

Hier, Forbon, Maéva et Marie sont allés au 9 de coeur faire une collecte de berceuses pour le projet S.I.M.P.L.E. avec les femmes victimes de violences conjugales. On a fait un atelier le matin puis Marie et Maéva ont fait la cuisine pour que l’on puisse partager un repas ensemble et créer une confiance. Au menu, une soupe que Forbon avait ramené, un dhal que Marie et Maéva ont préparé et un gâteau à la banane. On a cuisiné sur des plaques électriques dans la salle d’atelier. ça sentait le cumin et le lait de coco dans tout le bâtiment…Les femmes ont tellement aimé le repas que Forbon et Marie n’ont pas pu partir sans écrire les recettes. Après le repas, on a fait deux groupes: Marie et Maéva avec une machine pour enregistrer et Forbon et Lydie avec une autre machine. Puis, chacun est parti faire des entretiens individuels avec les femmes dans l’intimité de leur logement. C’était des moments riches en émotion: rires, larmes, confidences.

Puis retour au bureau où coups de fil, mails, projets attendaient Marie. Journée de bureau qui a fini à 20H30.

Gilbert est allé à Amiens à la concertation pour la politique culturelle régionale. On attend avec impatiente qu’il nous fasse le compte-rendu de cette journée. Ce ne sera pas aujourd’hui car il est à Paris pour les caisses des congès-spectacle.

Pour Marie, ce sera: interview avec une journaliste ce matin pour le projet de la Redoute. Les répétitions commencent lundi prochain.  Tout le monde est pressé que cela commence. Cela fait trois ans que nous travaillons sur ce projet et nous sommes contents d’avoir mené ce travail jusqu’à son terme.

Cet après-midi, Antoine et Marie retournent à l’école Lamendin pour les ateliers avec les enfants autour des portraits multiples. Lucien viendra pendant ce temps au bureau profiter du calme de ce lieu pour réaliser le montage de son teaser Eperlecques. Forbon est en salle 2 pour continuer ses recherches autour de S.I.M.P.L.E.

Didier termine le premier volet de TROUBLE! avec les turbulents à Paris. Il y est toute la semaine. Marie et Gilbert iront le voir vendredi.