Blog 14/05

L’écriture procède d’un corps ; il n’y a de pensée que parce qu’il y a une biographie, une autobiographie…

Blog 13/05

Allez ! Allez !

Au bureau, ça phénixe à mort, pour la préparation de notre deuxième intervention intitulée, sas de création, qui fait partie de l’ensemble d’un processus de formation dont l’objectif est de trouver un contrat d’apprentissage dans le Valenciennois, pour chacun des participants (une trentaine de stagiaires en tout, environ). On travaille en lien permanent avec Natacha Borel et Marie Kerdraon du Phénix, scène nat. de Valenciennes. Après un premier Sas de création qui a eu lieu en mars 17, on entame un deuxième set en juin avec un deuxième groupe de jeunes gens. Tous se réuniront (les deux groupes) à la mi juin pour un spectacle qui sera donné dans la grande salle du théâtre.  Pendant ce temps nos autres activités continuent, Les Sublimes en conférence à Châlons et l’Esad, rencontre avec les migrants à Paris et spectacle au Lavoir Moderne. Et la Brique.

On a proposé à des artistes de travailler avec nous à Valenciennes pour accompagner  les jeunes dans la  compréhension de ce monde. Ne nous a-t-on pas répondu qu’on servait le grand capital ? Cela ne veut rien dire, ou alors, c’est une vision (déguisée en considérations rebelles), pour le coup et à l’inverse, totalement conservatrice du théâtre qui tient d’un point de vue romantico-malrucien, c’est à dire ,l’art pour l’art. Les artistes ne se mêleraient pas du social. Chacun dans son coin et l’ordre établi n’est pas près de bouger.

Blog 12/05

Blog 12/05

Les classes sont irréconciliables

Dernier jour de la première semaine à l’Esad de ce mois de mai 17. Place Carrée. Forum des Halles. En dessous de l’escalator du fond. Trois promotions d’une quinzaine d’élèves travaillent là, tous les jours. Là et dans d’autres endroits de Paris. Certains sont à l’heure actuelle au Cent-Quatre. Nous sommes avec les « deuxième année ». Nous continuons la recherche sur le thème de l’exil et l’utopie. Nous prolongeons le travail entamé l’année dernière. On devrait, lundi matin et mardi matin, aller à la rencontre d’associations, qui viennent au secours des migrants dispersés par les autorités aux quatre coins de la capitale, en ce début de semaine.