Journal de bord // Jour 3

« 10h40, au bureau de ma nouvelle chambre d’hôtel.

Hier (le Jour 3 donc, ‘voyez le principe) nous nous sommes encore réveillés très tôt ce qui me surprend étant donné que le décalage horaire est censé être dans l’autre sens. Ce doit être l’excitation d’être ici. Hier matin donc, c’est le déménagement, deux chambres sont enfin libres au Juliette Dodu dans la rue Juliette Dodu (c’est une espionne de la guerre de 1870). A l’arrivée dans l’hôtel notre joie est au moins équivalente à celle qu’on nous avait prédit. Je vous passe les détails, ici tout est beau/bien/bleu/bon, etc… Je suis là pour 11 jours. C’est la première fois que je vais passer autant de jours dans le même hôtel et c’est la première fois que je vais dans un si bel hôtel. Mais, on est là pour travailler hein !

Alors à peine installés nous partons terminer les réglages avec François puis passons au nettoyage du nouveau rétroprojecteur. Nous sommes trois sur cette délicate mission, avec Virginie. La première vis enlevée et blam, la plaque de verre du dessus qui n’était pas censée bouger tombe. Mais ne rompt pas. Suée Générale. La suite de l’opération se fait dans une grande concentration, on gagne beaucoup en qualité d’images mais comme chaque fois on ne pourra pas supprimer les griffes et autres usures.

On mange, bien, évidemment. « Chez Jasmin » propose des barquettes à emporter pour 6 ou 7 euros, on pourrait manger à deux dessus : on y trouve du riz, des graines (lentilles, haricots blancs, etc.), une viande ou un légume cuisiné (façon rougail, cari, boucané, etc.), avec ou sans accompagnement pimenté. Nous on prend avec et on en mange chaque fois un peu plus.

L’après-midi c’est raccords, filage. On ne sent bien, puis fatigués, puis heureux, puis stressés, etc. On se dit que le temps décidément n’est pas linéaire. Peut être que l’on est pas encore acclimaté. Mais on a envie. On se prend une heure et on se retrouve. François est plus tendu que moi, c’est la première fois en 37 représentations. Moi je suis impatient et ravi de jouer « Eperlecques » devant un tout nouveau public.

La représentation au top. Il y a des lycéens dispersés dans la salle. Ils réagissent beaucoup, rient. Pas toujours aux moments les plus volontairement humoristiques mais peu importe. Ça réagit et moi ça me rend tout vivant, dans le présent plutôt que dans la répétition. Le reste du public est lui aussi bien présent, l’écoute (que l’on distingue surtout dans les silences) est optimale. Et puis le spectacle résonne parfois différemment ici, pas dans l’ensemble évidemment, mais certaines phrases prennent soudain un sens différent, supplémentaire, et c’est agréable comme tout. Pardon d’être si positif sur tout dans ce jour 3 mais j’ai pris mon pied !

On discute longuement le soir, avec certain.e.s spectateur.trice.s et puis l’équipe du théâtre. Je continue à mener mes enquêtes : où randonner dimanche, où sortir demain soir, où acheter des grandes cartes, etc. ? Il y a des personnes que j’ai déjà envie de revoir alors se pose la question : j’ai le droit d’inviter combien de personnes à ma fête (parce que j’ai déjà négocié que les restitutions soit les prémices d’une fête avant mon départ) ? J’espère trouver la réponse aujourd’hui. »

Une réflexion sur « Journal de bord // Jour 3 »

  1. Coucou Lucien et les petits camarades de Lucien !
    Dans un grand sac biodégradable et ré utilisable à vie, je dépose une grosse quantité de pensées, en vrac, pour toi et pour vous.
    Profitez de tout : du beau/ du bien/du bleu/du bon et de tout le reste aussi.
    Des bises et des mains qui frottent les dos.
    sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *