Hasta siempre !

 

Au bureau, tout le monde travaille à plein régime. Faut dire qu’il y a tous les dossiers à rendre pour la fin de l’année. Marie S. est stupéfaite par le nombre de choses qu’on a pu faire en un an. Plus de vingt trois pages de compte rendus de nos activités. On a l’impression qu’ on en fait davantage d’année en année. A l’image de ce mois d’octobre 2017. On n’a plus rien à perdre. On peut tout risquer puisque la situation économique et sociale prend un tour toujours plus libéral et aberrant, au détriment des précaires et au bénéfice des plus riches. Aucune égalité en vue. On ne parle pas ici d’égalité des chances, mais d’égalité tout court. La faute en incombe au capitalisme. Ne rien lâcher ; l’étincelle viendra qui mettra le feu à la plaine. Chacune de nos actions est semée comme une petite graine de révolution.  A chaque manifestation, c’est l’occasion de donner un peu plus corps à un changement complet de société. On n’a pas perdu l’espoir d’un grand soir, qui procurerait du bonheur à tout le monde. Que chacun de nos gestes  y participent, tous les jours. Tous les matins, nous pratiquons nos exercices de colère pour la maintenir intacte et pour l’élever jusqu’à ce que ça déborde et que les forces révolutionnaires, pour l’égalité, la paix et la justice, se mettent en branle et ne puissent plus être contenues, jusqu’à la victoire finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *