Dernière ligne droite

Oui c’est vrai nous commençons à perdre notre rythme quotidien de bloggueur.ses, mais c’est pour mieux garder le cap et l’énergie pour les derniers jours qui nous attendent. Nous présentons encore Eperlecques jusque samedi. Ensuite ce sera le Grand Ménage, la Grande Fête et le Grand Départ. (Enfin, moyen Départ, puisque François devra rester un jour de plus pour le démontage. La technique c’est comme ça, il faut être là avant, et rester après).

Lundi matin, nous avons été rejoint par Romu et Annabelle, des ami.e.s, qui avec leur fraîcheur des premiers jours ont tracté dans les foules avignonnaises avec un fougueux entrain ! La phrase d’accroche est nouvelle : « Bonjour Messieurs, Dames ! Connaissez-vous Eperlecques ? ». Les sincères passant.e.s répondent bien souvent par la négative, et Romu et Annabelle profitent de cette courte faiblesse pour leur en dire un mot, mais surtout pour leur donner envie de venir voir notre spectacle. Et parfois ça marche. C’est enthousiasmant.

Lundi soir, veille de relâche, nous avons eu envie d’une raclette. Oui, on est comme ça, on perd 5 degrés et pof ! on veut une raclette. Mais cette envie s’est révélé un peu trop ambitieuse : les voisin.e.s nous font comprendre que lorsque l’on vit à Avignon on a pas d’appareil à raclette, les magasins sont encore plus radicaux : ils ne vendent pas de raclette. Mais vous le savez, on ne se démonte pas facilement : nous avons acheté des fromages coulants et des pommes de terre, de la charcuterie italienne, portugaise et avignonnaise, des cornichons et de la tomate. Et on s’est rempli la panse, ni plus ni moins.

Mardi, c’est relâche donc. Mourad nous emmène cette fois à la « Fon… Fon… Cascade du Saudabet », nous explique François, de trop bon matin à son goût. Le lieu est splendide, l’eau est rafraîchissante, et nous sautant parfois de très haut mais avec précautions : un panneau nous avertit à l’entrée : « Ici, 30 personnes sont mortes depuis 1962″. Pendant que l’on déjeune, on écoute sur France Inter le journal de 13h pour écouter Lucien parler d' »Eperlecques ». C’est au bout de ce lien :            https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-13h/le-journal-de-13h-25-juillet-2017                   Le soir on en profite pour aller voir les spectacles que nous n’avons pas le temps d’aller voir les jours travaillés.

Aujourd’hui, ce fut le retour aux mêmes rituels : 5 tibétains, tractages, découvertes de nos cadeaux dans la boite aux lettres (Merci Sylvie, Merci X, Merci !!!), billetterie, jeu, administration. Nous ne sommes pas encore passé sous les 15 spectateurs, ce qui est loin d’être évidents ces derniers jours, alors on garde le cap et l’énergie, et on s’engage à encore tout donner les trois prochains jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *