Les classes sont irréconciliables

Dernier jour de la première semaine à l’Esad de ce mois de mai 17. Place Carrée. Forum des Halles. En dessous de l’escalator du fond. Trois promotions d’une quinzaine d’élèves travaillent là, tous les jours. Là et dans d’autres endroits de Paris. Certains sont à l’heure actuelle au Cent-Quatre. Nous sommes avec les « deuxième année ». Nous continuons la recherche sur le thème de l’exil et l’utopie. Nous prolongeons le travail entamé l’année dernière. On devrait, lundi matin et mardi matin, aller à la rencontre d’associations, qui viennent au secours des migrants dispersés par les autorités aux quatre coins de la capitale, en ce début de semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *