qu’il est loin le temps devant nous

Ce soir, Calais. Pour trois jours. Et revenir, dimanche, voter à Fresnicourt puisque les bureaux de vote dans les petites communes, cette année, sont ouverts jusqu’à 19 heures. Trois jours à Calais sur l’utopie (deux nuits à Calais sans Georges). Avant d’aller à l’hôpital psychiatrique d’Etampes. Pour une semaine. Dans le cadre de notre association avec la scène nationale de l’Agora. L’objectif, cette fois, est de réaliser un travail de cocréation avec les patients et les habitants d’Etampes sur le lien qu’entretient la ville avec l’hôpital et inversement. Calais, le vote, l’hôpital et la ville, trois sujets qui concernent l’utopie. Qu’il faudrait développer, ensemble ou indépendamment même si par la force des choses nous allons vivre tout cela en quasi simultanéité ! Avec la volonté de changer le monde comme dirait Marx et de changer la vie comme dirait Rimbaud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *