Saint Lugle et Saint Luglien

Un week end un peu plus long que d’habitude qui permettra à certains d’entre nous de récupérer un peu. Si on veut prendre soin des autres, faut bien qu’on prenne un peu soin de nous, sinon ça ne peut pas marcher. Genre flâner au grand air, dans un bois ou sur des chemins cavaliers (là où il y avait les chemins de fer des mines). Aller jusqu’à Hurionville ou Burbure. Passer par Ferfay, cité 3.  Et par le terril du 2, tout couvert d’arbres. Des chênes et encore quelques boulots. L’autre jour, en Corrèze, après la Brique, on a rencontré des spectateurs qui connaissaient parfaitement cet endroit du Pas de Calais. Ils habitaient dans le temps, à Lillers (à 7 kms de Ferfay cité 3). Ils connaissaient parfaitement le café théâtre de l’Abattoir dont on parle dans la Brique. Ils ont quitté la région, il y a une dizaine d’années, ils y reviennent de temps en temps, mais, nous disaient-ils, pas plus de 2 jours. Ça nous a blessés, forcément, on est tellement attaché à ce territoire. Tout à l’heure en marchant, dans la vallée de la Scyrendale, on a eu de la chance, les branches des arbres nous ont fait une haie d’honneur tout au long du chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *